G R I C E

Accueil > Activités > 2015-2016 > L’écologie radicale des années 60-70

L’écologie radicale des années 60-70

mardi 26 janvier 2016, par Edwin Zaccai


 Edwin Zaccai

Docteur en sciences de l’environnement, ingénieur civil physicien et licencié en philosophie. Professeur à temps plein à l’Université Libre de Bruxelles, il dirige le Centre d’Études du Développement Durable (CEDD), qu’il a fondé en 1997. Le CEDD fait partie de l’Institut de Gestion de l’Environnement et d’Aménagement du Territoire (IGEAT). Il a également été maître de conférences à Sciences Po Paris.

Ses recherches et enseignements portent sur différents aspects du développement durable touchant aux transformations des sociétés sous l’effet des questions environnementales. Il a publié sur de nombreux sujets abordés de façon interdisciplinaire, et souvent en collaboration : principe de précaution, indicateurs de l’environnement, inégalités environnementales, consommation durable, histoire des idées environnementale, controverses climatiques, adaptation aux changements climatiques.

Il a publié notamment sur l’histoire de l’écologie : « 25 ans de développement durable, et après ? », PUF, 2010

 L’écologie radicale des années 60-70 : des signes de renouveau ?

Cet exposé revient sur certains auteurs écologistes des années 60-70 dont les idées restent influentes même s’ils sont peu connus de la jeune génération : Ivan Illich ou André Gorz, par exemple.

Diaporama
Edwin Zaccai

Leurs idées sont replacées dans le contexte de l’époque d’effervescence du tournant des années 70, en évoquant également des travaux majeurs comme le rapport au Club de Rome « Limits to growth » de 1972 ou la critique de la société de la consommation de Jean Baudrillard.

On fait ensuite état du succès grandissant, 20 ou 30 ans plus tard, des idées de décroissance et d’alternatives au système, pour s’interroger enfin sur des hypothèses pouvant aider à comprendre cette sorte de réactivation.

 Bref retour

Petit retour sur le débat de la séance :

  • Quelle “nouveauté” pour les mouvements émergents ? Quel parallèle avec l’écologie radicale des années 60-70 ?
  • Quelle pertinence aujourd’hui ? Quelles différences ?
  • Avons-nous de bonnes raisons d’être optimistes ?