G R I C E

Accueil > Activités > 2017-2018 > Comment hériter du triple désastre écologique ?

Comment hériter du triple désastre écologique ?

lundi 11 décembre 2017, par Isabelle Stengers

  Sommaire  


 Isabelle Stengers

Licenciée en chimie de l’université libre de Bruxelles (ULB), Isabelle Stengers enseigne la philosophie des sciences à l’ULB. Auteure de nombreux ouvrages dont La Nouvelle Alliance (1979), coécrit avec le prix Nobel de chimie Ilya Prigogine, et titulaire de différentes distinctions dont le Grand prix de philosophie de l’Académie française, en 1993.

Elle s’est ensuite longuement consacrée à une réflexion autour de l’idée d’une écologie des pratiques, d’inspiration constructiviste. En témoignent les sept volumes des Cosmopolitiques, publiés aux Empêcheurs de penser en rond/La Découverte, mais aussi ses livres consacrés à la psychanalyse (La Volonté de faire science, 1992), à l’hypnose (L’Hypnose entre science et magie, 2002), à l’économie et à la politique (La Sorcellerie capitaliste, avec Philippe Pignarre, 2005), ou encore à la philosophie (Penser avec Whitehead, 2006).

 Résumé

L’intérêt récent pour les écoféministes traduit la parenté entre leur époque et la nôtre : même sidération face à une catastrophe annoncée, même sentiment d’impuissance. Et des formes d’activisme apparentées à celles qui s’inventèrent dans les camps de la paix se développent aujourd’hui. Comment nous situer, nous autres académiques, au regard de celles et ceux qui luttent contre ce que Félix Guattari caractérisa en 1989 comme un triple désastre écologique ?