G R I C E

Accueil > Activités > 2018-2019 > Éthique animale et éthique environnementale

Éthique animale et éthique environnementale

jeudi 25 octobre 2018, par Sophia Rousseau-Mermans

Repenser la division entre l’éthique animale et l’éthique environnementale : Du débat historique aux enjeux contemporains – le « problème de la prédation » et la réintroduction d’espèces prédatrices clés de voûte en milieux naturels sauvages.

 Sophia Rousseau-Mermans

Doctorante en philosophie à l’Université de Montréal et à l’Université Paris 1/IHPST.
Cofondatrice et coordinatrice du Laboratoire étudiant interuniversitaire en philosophie des sciences à Montréal (LEIPS) et du Groupe de recherche en éthique environnementale et animale (GRÉEA). Son sujet de thèse porte sur le concept écologique d’espèce clé de voûte et les éthiques éco-centrées en philosophie de l’environnement. Elle est l’auteure (2015) d’un article publié dans la revue Ithaque, intitulé : “Les limites du principe de neutralité libérale en termes de politiques environnementales”.

 Résumé

Dans cette présentation, je propose une analyse historique et philosophique des problèmes qui divisent l’éthique animale et l’éthique environnementale depuis les années 1980, en m’intéressant plus spécifiquement au problème de la prédation.

Je reviens tout d’abord sur la formation des deux courants dans les années 1970 et présente le débat qui, à peine dix ans plus tard, a conduit à leur division en deux camps. J’expose ensuite les arguments qui ont récemment été avancés pour dépasser cette opposition face aux enjeux posés par les changements climatiques, la réduction catastrophique des milieux naturels sauvages et des populations de vertébrés et d’insectes, et le développement de moyens technologiques pour lutter contre l’exploitation des animaux par l’agro-industrie, notamment pour la production de viande, mais aussi contre la prédation en milieu naturel sauvage. Je propose ainsi de questionner, en dernière partie de cette présentation, les limites de ces « nouvelles alliances et oppositions » dans le cas de la réintroduction d’espèces prédatrices « clés de voûte » en milieux naturels sauvages.